Auvergne Nouvelles

En Auvergne et contre tous !

1 note

Lancement d’un élevage de sauterelles dans la plaine de Limagne

Limagrain, jamais en retard en matière d’innovation, serait sur le point de lancer une ferme à sauterelles du côté d’Orléat. L’objectif est simple : assurer l’autosuffisance alimentaire de l’auvergne pour 2040, date de disparition annoncée des nombreuses races animales telles que la Salers.

Crédit photo : un dimanche à Bamako (Texas).

Alors que la science prévoit un bouleversement climatique dans les décennies à venir, les conséquences se feront sentir jusque dans notre alimentation, surtout en Auvergne”. C’est par ces mots que Jean-Charles Rochefort-Montagne, directeur de recherche chez Limagrain, a ouvert la semaine dernière une conférence de presse boudée par les médias traditionnels et pourtant Ô combien importante par rapport à notre avenir et notre mode de vie.

Le lait tombe, adieu truffade, saint-nectaire et fourme d’ambert…
C’est, en effet, un avenir bien sombre qui s’offre au gourmet auvergnat puisqu’avec le réchauffement climatique ce sont quelques uns de nos plats régionaux —et espèces vivantes liées— qui sont menacés. Le chercheur a ainsi égrainé deux exemples apocalyptiques :

”- les Salers —qui sont déjà des bovins de petite taille— vont devenir de plus en plus petites pour tenter de mieux résister à la chaleur si bien qu’à terme elles auront la taille de mini-poneys. Dans ces conditions la carence en viande sera totale et elles pourraient même en venir à se manger entre elles pour subsister en l’absence de foin.

- les exploitations laitières de moyenne montagne ne seront pas épargnées. On prévoit l’installation massive de larges exploitation d’huile de palme à l’horizon de 2040. Plus de places pour les verts pâturages, plus de vaches laitières…”

C’est à partir de ces constats que la direction de Limagrain a logiquement validé la création du département “nouvelles nourritures” et ce afin de préparer sa reconversion industrielle et sa propre subsistance financière.

Des filets de sauterelles de 1kg !
Jean-Charles explique : “prenez n’importe quel média de référence —Capital sur M6, Tellement Vrai sur NRJ12…— il ne se passe plus une saison sans que l’on ait des reportages sur les nouvelles nourritures et, principalement, les mangeurs d’insectes. Moi j’ai pas mal de sauterelles dans mon jardin, tout a commencé comme ça…”

Dans un laboratoire secret de la Limagne, le chercheur a donc expérimenté de nombreuses combinaisons transgéniques sur différentes familles de sauterelles. Les résultats ont dépassé de loin les espérances puisqu’en quelques mois on se dirige déjà vers une gamme entière de nouveaux produits alimentaires. La sauterelle verte, la sauterelle Jumbo —dont un seul filet peut atteindre le kilo—, la sauterelle noiraude et même une sauterelle “salers”.

Personnellement, je préfère la sauterelle Salers, je l’ai appelée comme cela car je la trouvais plus goûtue. D’une part elle comblera un vide et d’après notre premiers tests consommateur sa puissance de reconnaissance en tant que marque est équivalente à celle du poulet de Bresse, LA référence du métier.”

Fort de ces résultats, la firme a donc validé la création d’une première ferme à sauterelles du côté d’Orléat qui ouvrirait fin 2014. A demi-mots Jean-Charles parle aussi de fermes-test du côté de la Bretagne : “les nitrates c’est bon pour les sauterelles Jumbo et puis on connait les difficultés des filières agro-alimentaires là-bas. Ca peut être une aubaine pour ces bonnets rouges… Seul un détail nous retient : cette région pourrait bien être engloutie avant 2040 !”



{Mots-clés :} innovation excellence Gastronomie

  1. auvergnenouvelles a publié ce billet